Accueil :: Havana 2005


Havana 2005
La Havane, capitale, lieu d’errance, de vie joyeuse et de passé strident. Lieu mythique, contrôlé par l’Un, convoité par l’Autre. L’existence s’y fait aussi dans la gaîtée des enfants, l’ironie, la pause-café et le rythme lent des chaleurs étouffantes.

Cette série cherche au delà, dans la rue, la parole des visages, le sens de la présence, le mouvement du geste, le geste du mouvement. Cette série s'est faite dans l'allant du passage, le contact furtif, l'éclat du rire. Comme un bonheur fugace.

Ville décatie, gens truculents, La Havane témoigne de l'histoire à sa façon. Par ses édifices délabrés, par sa jeunesse. Un passé, un avenir. «La photographie, c'est l'inventaire du dépérissement.» disait Susan Sontag («Sur la photographie»), mais c'est aussi une lunette à scruter l'avenir, les avenirs.

La Havane, c'est le désir d'être photographié, l'envie d’apparaître devant l'appareil. Cet étrange besoin d'existence se fait comme une nécessaire reconnaissance, une velléité d'honneur éphémère, une quête de contact avec l'étranger, l'envie enfantine et naïve de devenir photo.

Mais la photo n'adviendra jamais! Elle repartira avec le photographe!